lundi 21 janvier 2013

psychothérapeute ou psychopraticien ?

Pendant longtemps le terme de psychopraticien était une appellation totalement banalisée de psychologues issus de l'Ecole des Psycho Praticiens dite aussi "psycho prat' ", école privée cataloguée catholique. En utilisant le terme de psychopraticien ou de psychoprat' on savait donc tout de suite où avaient été formés ces psychologues... par opposition à ceux formés en université (oui les psycho prat' et les "autres" ne s'apprécient pas). On retrouvent principalement les psychoprat' dans les grandes entreprises comme Aéroport de Paris (ADP). Mais ils officient aussi en libéral et pouvaient être psychothérapeutes...comme tout psychologue.

Il y a peu la Loi ayant réservé le titre de psychothérapeute aux psychiatres et aux psychologues quelques soient l'école ou l'université dont ils sont issus, ceux qui n'avaient aucune de ces formations se sont organisés en créant une nouvelle terminologie, celle de "psycho-praticien" qui n'a donc rien à voir avec celles des psycho prat' ! Ca va pas être facile...

On trouve donc aujourd'hui des psycho-praticiens qui s'installent un peu partout et qui pratiquent des... psychothérapies ! Et rien que cela. les psycho-praticiens sont donc les professionnels des psychothérapies sans avoir besoin d'aucune formation. En effet, si la Loi a prévu et cadré le titre de psychothérapeute, elle n'a rien prévu pour tous les autres intitulés possibles et inimaginables. On a donc des psycho-praticiens coachs de vie, des psycho-praticiens relationnel, des psycho-praticiens en relation d'aide, des psycho-praticiens je ne sais quoi qui selon la fédération "psy en mouvement", se doivent de déterminer par eux-mêmes quelle formation serait la plus adaptée pour être de bons psycho-praticiens. Certains auront donc suivi des études de psychologies (mais n'auront pas le titre de psychologue car n'ayant pas fait leur 3 premières années en psycho) et d'autres n'auront jamais abordé aucune formation tout en prônant des "garanties professionnelles" sorties d'on ne sait où. 

Le SNPPsy -syndicat national des psychologues, psychiatres, psychothérapeutes et (maintenant) psycho-praticiens, propose lui une reconnaissance "officielle" à condition d'une formation très poussée (psychothérapie personnelle, inscription en école psychanalytique, formations diverses au sein de l'école choisie, supervision) qui ressemble très fort à une formation de psychanalyste ou au minimum à un passage obligé en institut privé payant (institut ayant obtenu son agrément de formation par le SNPPsy) puis supervision par un psychothérapeute proposé par le SNPPsy !

On commence à entendre et à lire quelques "difficultés" émanant des psychopraticiens. Il n'existe pas actuellement de code de déontologie des psycho-praticiens, ils ne sont donc pas tenus à la confidentialité ni à la neutralité ni au bien-être de leur patient. Ce qui peut amener à quelques dérives... comme j'ai pu en avoir connaissance dernièrement.

On se retrouve donc exactement au même point qu'avec le titre de psychothérapeute il y a peu... C'était bien la peine.




6 commentaires:

  1. Il me semble qu'il peut y avoir une ambiguïté pour les lecteurs :

    "Certains auront donc suivi des études de psychologies (mais n'auront pas le titre de psychologue car n'ayant pas fait leur 3 premières années en psycho) et d'autres n'auront jamais abordé aucune formation tout en prônant des "garanties professionnelles" sorties d'on ne sait où. "

    Les 3 premières années de psycho ne sont pas suffisantes pour disposer du titre de psychologue. Il faut obligatoirement un Master 2 ou ex-DESS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne suffit pas non plus !
      En effet on peut avoir un Master 2 (ou DESS) de psycho sans les L1/L2/L3 (ex DEUG et maitrise) et cela ne permet pas d'avoir le titre de psychologue non plus.
      Il faut avoir fait l'intégralité du cursus en psychologie pour avoir droit au titre.
      (il existe par contre certains Master 2 aujourd'hui très professionnalisés qui permettent l'accès au titre sans le cursus total mais qui ne permettent pas de s'installer en tant que psychologue "praticien")

      Supprimer
    2. Effectivement, je n'ai pas non plus été précis !

      Supprimer
  2. Pff...
    C'est déjà assez galére quand on connais pas pour trouver un bon ...
    Entre le tarif, le cursus, le mouvement, les spécialités et autre connerie a savoir va se rajouter ca...
    Serieux autant pas consulter ca ira plus vite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lorsqu'un patient me demande au téléphone mon cursus et mon orientation, je n'ai qu'une envie c'est qu'il surtout qu'il ne prenne pas RDV... Est-ce qu'on demande son garagiste sa formation et s'il travaille à l'ancienne ou à la malette électronique ? Est-ce qu'on demande à son généraliste de quelle fac il sort et s'il était classé premier ou dernier ? Pff, c'est vraiment n'importe quoi... D'autant que les patients ne connaissent rien aux courants et aux techniques, c'est vraiment pour se donner un genre.

      Supprimer
  3. En effet, les psychopraticiens commencent à fleurir dans ma ville aussi. Comme vous le dites cela risque vite d'arriver au même point que pour le titre de psychothérapeute il y a peu. En tout cas, un article bien intéressant. Bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer

Stats