jeudi 28 février 2013

Joue au psy ! (2)

Un jeune homme fait le constat que son amie ne s'aime pas.
Elle n'aime pas son corps et le critique sans cesse. Elle est tout le temps au régime et tente de faire du sport. Ce qui reste sans grand effet. Du coup elle est toujours de mauvaise humeur.

Ce jeune homme pourtant aime sa compagne comme cela. Il la trouve jolie et le lui dit.
Elle prétend qu'il ment et dit cela pour lui faire plaisir.

Ce homme aimerait pouvoir aider sa compagne.

Qu'en pensez vous docteur ?

A vos écrits !

--------------------

Ah la la, comme vous y allez tous (ou presque) !
Vous voyez vous êtes tombés dans le panneau de la p'tite demoiselle.
Relisez bien ce que vous écrivez, vous en êtes quasi tous à vous demander pourquoi elle va pas bien, qu'est-ce qui cloche, qu'est-ce qu'on pourrait faire pour elle... 
Mais elle ne vous demande rien.
Je vous rappelle que c'est son copain qui consulte pas elle.
C'est son problème à LUI  qu'il faut résoudre.
Or vous faites comme lui, vous cherchez à la sauver elle.
Et ça marche bien.
Il se passe avec vous exactement ce qui se passe avec lui, elle attire l'attention, on se préoccupe d'elle, on se focalise sur elle. Elle est le centre de l'attention tout ça parce qu'elle se positionne en victime. La pauvre.
Et lui dans tout ça ? Tout le monde s'en fout.
Or c'est lui qui est en détresse pas elle.
C'est une grosse manipulatrice, certes en manque de preuves d'affection, certes avec de gros problèmes à résoudre de confiance en elle, peut être de dysmorphophobie, mais elle ne consulte pas.
Lui arrive donc avec ses gros sabots en se demandant comment il pourrait l'aider.
Car oui, lorsqu'il s'est mis avec elle, il s'est dit "moi je vais l'aider, moi je vais la sauver, elle ira mieux avec moi". 
Que dalle.
D'abord jouer au psy ce n'est pas son rôle.
Son rôle c'est d'être un compagnon, de la soutenir psychologiquement, de faire des projets avec elle, mais pas d'essayer de l'aider.
Ensuite, leurs relations dès le départ sont faussées. 
Elle joue à la petite fille qui a besoin du regard valorisant de papa et il joue au papa qui dit à sa fifille 'mais oui t'es belle, t'es la plus jolie de toute".
Mais problème, elle n'est pas sa fille, il n'est pas son père, donc rien ne se résoud.

Ensuite, normal qu'elle ne le croit pas, car oui ce jeune homme est un hypocrite. Je veux bien croire qu'il l'aime et qu'il la trouve jolie, mais à force de lui dire qu'elle est super jolie, elle a comme un doute parce que la perfection ça n'existe pas, elle doit bien avoir quelques défauts. Elle n'est pas parfaite, même pour lui qui l'aime. A force de lui dire qu'elle n'est que jolie, elle ne peut plus y croire, en plus ça fait appel à son corps (qu'elle rejette), mais à son esprit que lui dit il ? Même si elle est super jolie, même si elle est la plus belle du monde (selon lui), elle n'est pas qu'un corps, or il fini à la réduire uniquement à cela. Or déjà qu'elle a une problématique corporelle, si on la réduit à son corps "déformé" on peut imaginer ce qu'elle en pense.

Il faudra donc expliquer à ce jeune homme que ce n'est pas à lui de l'aider et que lui ne peut rien pour elle si elle ne veut pas sortir de sa problématique.
De toute façon, ils sont ensemble pour une raison non viable, aucun des deux n'étant à sa vraie place.

De toute façon, comme l'écrivait Nakito, elle va tout faire pour le pousser dehors. Non pas qu'elle ne l'aime pas ou qu'elle le souhaite, c'est un test. Elle lui dit qu'elle est moche pour avoir un retour rassurant, mais comme ce n'est pas assez rassurant elle en rajoute et lui disant qu'elle n'a pas confiance, il surjoue sa beauté, jusqu'au jour où il en aura marre de l'entendre se plaindre et la quittera. Et elle pourra lui dire "tu vois bien que j'avais raison de ne pas te faire confiance, tu me mentais".

Dans une situation pareille, surtout on n'aide pas l'autre, on lui propose d'aller consulter. Et si elle (il) ne veut pas soit on accepte de subir soit on part en laissant l'autre se débrouiller.





9 commentaires:

  1. Si vraiment les régimes et le sport sont sans effet, pourquoi continuer ? Ne vaudrait-il pas mieux que cette femme travaille à accepter son corps comme il est (et à accepter le regard de cet homme sur son corps).
    Mais veut-elle vraiment être de bonne humeur ? (la mauvaise humeur est-elle une conséquence ?) Ne se satisfait-elle pas de la situation actuelle où chaque critique de son corps lui permet d'obtenir en retour des compliments de l'homme (compliments qu'elle peut nier auprès de lui). Accepterait-elle d'être bien dans son corps et de considérer son corps comme objet de désir de la part des hommes (malgré ses "imperfections") ? Tout cela n'est-il pas un moyen de défense pour rejeter à la fois le désir que cet homme lui envoie et la confrontation à ses limites ? Cette femme pense-t-elle que la plainte est la seule manière d'obtenir de l'attention et des compliments ?

    Dans le triangle de Karpman, cet homme serait à la fois sauveur (il veut aider la femme, il lui dit qu'il la trouve jolie) et bourreau (il ne serait qu'un menteur). La femme en est la "victime" (consentante). De ce point de vue, en voulant la "sauver", l'homme ne fait qu'entretenir le système de plainte systématique, qui fournit un rôle rassurant à la femme.

    Sans aller jusqu'à la sollicitation paradoxale, on peut au moins conseiller à cet homme d'arrêter d'entretenir le jeu psychologique qui a lieu, et de rendre à la femme la responsabilité de s'aimer elle-même. Peut-être pourra-t-elle alors travailler la question avec un psychologue ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nicolas : si j'étais ta prof, je mettrai sur ta copie que tu es hors sujet sur la première partie...

      Supprimer
  2. C'est dur ça, il peut rien faire pour elle, c'est à elle d'apprendre à s'aimer

    RépondreSupprimer
  3. Elle ne peut pas croire son ami, car elle n'arrive pas a rentrer dans la subjectivité de l'autre: elle n'accepte pas son opinion...

    Si elle se trouve moche, elle est peut-être très belle, car ce sont toujours les belles qui traînent devant le miroir, pour faire un drame de chaque comédon qui apparaît sur leur visage, ne serait-ce que temporairement...

    ou serait-ce le contraire? Le copain lui dit qu'elle est belle, mais, par son non-dit lui communique qu'elle n'est pas assez belle?

    RépondreSupprimer
  4. Il faut qu'elle s'inscrive à "Belle toute nue" pour apprendre à accepter son corps :-)

    RépondreSupprimer
  5. Je vais peut-être paraitre très terre à terre mais n'est-ce pas un moyen, un peut alambiqué, certes, pour la demoiselle de signifier à son compagnon qu'elle ne souhaite plus être avec lui mais qu'elle n'ose ni prendre la décision ni affronter le conflit potentiel ?
    En gros, elle cherche à le dégouter d'elle. Certain(e)s le font en s'absentant de plus en plus, en réduisant les attention ou les gestes tendres, elle, elle cherche à détruire son image.

    RépondreSupprimer
  6. Han, trop forte la psy !!!
    J'adore cet exercice !

    RépondreSupprimer
  7. Whaou, j'avais un soupçon de réponse !
    Vite, le prochain exercice.

    RépondreSupprimer
  8. J'adooooooore l'humour dégagé par les images

    RépondreSupprimer

Stats