lundi 4 mars 2013

Joue au psy ! (3)

Un homme de moins de 30 ans se plaint de pannes sexuelles.
Depuis quelques mois, à chaque essai avec une fille, il n'arrive pas à faire l'amour.
Or c'est nouveau car avant il n'avait pas de panne avec les filles rencontrées en soirée.
Il en a parlé à sa sœur qui lui suggère que sans doute il a besoin d'être amoureux pour y arriver.

Qu'en pensez-vous docteur ?

A vos écrits !

---------------------------------

Vous avez de bonnes questions et il est vrai que nous disposons de peu d'infos, c'est tout le problème des questions posées par le net, on fait avec ce qu'on a.

Alors d'abord il sera nécessaire que des contrôles médicaux soient effectués car avant d'envisager toute problématique psychologique, il peut exister des raisons physiologiques isolées ou conjointes...

Mais, partons du principe que tout va bien et constatons que ce jeune homme nous dit. 
Il nous dit qu'avant tout allait bien, mais qu'aujourd'hui ça ne fonctionne plus.
Hier il allait en soirée, il s'envoyait en l'air et ça fonctionnait.
Aujourd'hui, il veut faire l'amour mais ça ne fonctionne pas.
La différence vous saute-t-elle aux yeux ?
La différence est dans les relations. Avant c'était crac crac boum maintenant c'est "love me tender". 
Il semble donc que le fait de vouloir être dans une relation stable, amoureuse pose problème. Peur de l'engagement ?
Or s'il a peur de s'engager, d'être amoureux ont voit bien qu'il y a un autre problème.
C'est celui de la soeurette.

Oui, je suis d'accord parler de sa sexualité avec sa soeur est assez inhabituel. Cette intrusion -c'est le moment de le dire- dans l'intimité de l'un comme de l'autre relève d'une problématique incestueuse, psychologiquement s'entend.
Et la soeur de ce jeune homme est une grande maligne. Alors qu'il a peur de s'engager et que cela créé chez lui des troubles érectiles, elle lui conseille judicieusement qu'il faudrait qu'il tombe amoureux pour que sa sexualité reprenne son fonctionnement. Or c'est justement ce qui le "coince".
Elle lui propose donc la solution qui va mettre fin à sa sexualité avec d'autres filles.
Et qui c'est qui garde alors le partage de la sexualité ? C'est elle !
Après tout, la seule capable de l'écouter, de le conseiller c'est elle.
Certes ça reste psychologique, verbal mais la sexualité resterait entre eux.

On en saura que conseiller fortement à ce jeune homme de cesser tout "rapport" à sa soeur, il ne s'agit pas de casser les liens mais bien de ne plus parler de sexualité.
Il lui faudra travailler sur le peur de l'engagement, car il semble qu'ici l'engagement soit celui de la relation frère/soeur. Et on comprendra que cette relation pseudo incestueuse ne pouvant donner lieu à engagement, l'érection devienne difficile. Plus il se rapproche d'elle, plus l'accès à la sexualité devient difficile. Bref, elle ne le fait pas bander...

(quant à l'alcool, certes je veux bien entendre le côté relaxant à petite dose, mais l'alcool est néfaste à la fonction érectile).





10 commentaires:

  1. Bon, avec les 30ans qui approchent, son inconscient pourrait être en train de lui dire à sa manière "pose-toi mon gars!" ce qui rejoint le conseil formulé par sa soeur. Maintenant je trouve bizarre qu'il ai causé de ça avec elle, mais bon moi j'ai pas de soeur alors...

    RépondreSupprimer
  2. Hum je dirais que ça a du lui arriver une ou deux fois, le faire paniquer et du coup maintenant comme il anticipe la panne et qu'il est stressé/se concentre dessus, ça arrive..
    Et je rejoins le commentaire du dessus, bizarre d'en parler à sa soeur.

    RépondreSupprimer
  3. Ca ne l'excite plus de faire l'amour à des inconnues apparemment, peut-être qu'il en a marre de consommer des femmes les unes après les autres, et qu'une relation d'amour serait la bienvenue ... mais ça me semble pourtant trop simple pour être la solution !

    Han, c'est dur d'être psy !

    RépondreSupprimer
  4. Pour faire rapide je dirais que l'alcool l'aidait bien dans le passé...
    Pour ce qui est du blocage,soit c'est psychologique (mais bon se serait trop simple) soit il a eu des abus par le passé... Soit il est homo...

    RépondreSupprimer
  5. arrête d'en parler à ta soeur, c'est incestueux

    RépondreSupprimer
  6. Y-a-t-il eu un évènement déclenchant qu'il serait d'possible identifier ? N'y-a-t-il pas sous ses pannes sexuelles une dépression ? La dernière fois où ça a fonctionné correctement, comment ça s'est passé ? Le fait qu'il évoque le besoin d'être amoureux pour désormais coucher avec une fille peut renvoyer à une volonté d'être dans un cadre sécurisant... Et donc ôter une certaine forme d'angoisse ou d'appréhension...

    RépondreSupprimer
  7. Il en parle à sa soeur parce-qu'il ne peut pas en parler aux femmes avec qui il a eu des pannes. Il ne peut pas en parler parce-que très souvent les femmes ont des attitudes ou des paroles non adéquates devant les pannes des hommes. Ce qui les bloque encore plus.
    Mais il en parle à sa soeur aussi parce-qu'il aurait peut-être envie d' essayer avec elle. Ce qui est carrément problématique.
    Donc il faut qu'il en parle à ...une psy.

    RépondreSupprimer
  8. Désolé pour ce double commentaire mais je viens de me rendre compte que j'avais mal lu et que c'était la soeur qui avait suggéré le fait d'être amoureux...

    RépondreSupprimer
  9. J'savais pas que c'était incestueux de parler de sa sexualité à sa soeur ou son frère.

    Peut-on dire qu'à partir du moment où on parle de sa sexualité à quelqu'un, on rentre dans une relation plus intime avec l'autre ? Je veux dire, si je me mets à parler de ma sexualité à un ami ou une amie, est-ce qu'il est encore mon ami(e) ou est-ce que je franchis la limite de l'amitié ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout récit de sexualité place les personnes dans l'intimité. En général on ne cherche pas à voir le sexe de sa soeur ou de son frère (en tout cas passé 4 ans) ou celui de ses amis, or parler de sexualité revient à cela. Lorsqu'on une personne dit à son ami(e), tu sais j'ai des difficultés sexuelles, cet ami(e) imagine très bien de quoi il s'agit, il visualise la scène, donc il voit la sexualité de celui qui lui parle.
      L'amitié est une chose floue... car il est très difficile de dire où est la limite entre l'amitié et l'amour parfois. L'amitié à ceci de pratique, c'est qu'elle permet d'être amoureux sans passer à l'acte. Alors parler sexualité à un ou une ami(e) c'est en effet passer les limites de l'amitié, tout va dépendre aussi de ce qui est dit car il y a une différence entre dire "tu sais j'ai eu une panne hier avec une nana" et dire "hier j'ai eu une panne, j'ai bien essayé de la pénétrer mais j'étais trop mou, j'ai eu beau penser à plein de trucs je bandais pas. T'aurai pas un conseil ?"...
      L'intimité est la caractère de ce qui est profond et intérieur... alors parler de son intimité est "parlant" non ?

      Tout ceci dit, il n'est pas rare que les filles entre elles abordent leur sexualité, car il existe une plus grande liberté et acceptation sociale à l'homosexualité féminine qui permet aux filles de fantasmer ensemble.

      Supprimer

Stats