jeudi 11 avril 2013

Je suis mythomane...

Mais si je vous dis que je suis mythomane est-ce que je vous dis la vérité ou est-ce que je vous mens ?

Mais mentir ce n'est pas être mythomane. Le mensonge, nous l'avons vu il y a peu, nous y avons tous accès. Dans le langage courant dire "quel mytho !" revient à dire que la personne raconte un récit faux ou arrangé, mais dans le sens sémantique d'une personne racontant un mensonge pour se tirer d'une situation ou raconter quelque chose qui va la mettre en valeur de façon épisodique.

La mythomanie n'existe pas en tant que telle. Elle n'est pas répertoriée dans le DSM IV, ce n'est pas une maladie mentale, ce n'est pas un trouble de la personnalité non plus. Car la mythomanie en soi n'est qu'un symptôme. C'est comme lorsque vous butez sur la syllabe d'un mot parfois, ce n'est pas que le mot soit dur à prononcer ou que vous ne le connaissez pas ni même que vous présentez un trouble de le prononciation, simplement ce "raté" exprime une émotion qui s'exprime par le fait de buter sur une syllabe. La mythomanie de ce fait peut être trouvé dans de nombreuses pathologies : bipolarité, personnalité antisociale, anxiété... et surtout la dépression.

Etre mythomane c'est raconter des histoires auxquelles on croit et dont on essaye de persuader les autres qu'elles sont vraies. Pour le mythomane, c'est clair, il a vécu cela, il a dit ceci, il s'est retrouvé là. Et plus ça parait vrai, plus les autres y adhère plus ça devient vrai pour lui. En effet si vous vous y croyez, c'est que c'est vrai, donc il y croit. 

Il y a des degrés dans la mythomanie et cela ne devient gênant et pathologique que lorsque cela a des répercussions sur la vie de ceux qui mentent.

Il y a ceux qui ne supportent pas leur vie et l'embellissent. Ils font vivre une vie qui n'est que rêvée. Ils rêvent éveillés.

Il y a ceux qui cherche à briller. Il faut séduire, paraître "plus" ou "mieux", être à son avantage, avoir du prestige et si possible plus que l'autre en face auquel on parle.

Et il y a ceux qui cherchent à exister par tous les moyens. Même en se faisant passer pour des victimes, en suscitant de la compassion et l'intérêt...

Il s'agit d'aller jusqu'à s'inventer une vie et mettre tout en oeuvre pour convaincre les autres que cette vie est réelle.  Le mythomane s'enferre dans son mensonge, il peut être très convaincant, il faut aller de plus en plus en loin pour ne pas se recouper. Mais lorsqu'il est démasqué tout bascule. Son monde s'écroule. Le mythomane peut alors aller jusqu'au meurtre pour annihiler ceux qui l'ont découvert.

La mythomanie est un symptôme en plein développement. L'internet permet à toute personne de s'inventer une personnalité, un travail, un physique, une vie. Ce n'est pas très nouveau d'ailleurs, dès qu'il y a anonymat la tendance à embellir se profil (souvenez vous des petites annonces du "Chasseur français" où tout le monde se présentait comme beau, bon statut social, intellectuel...). Internet est un espace de rêve, où chacun peut créer à l'envi le monde dans lequel il veut faire croire qu'il évolue. Les gens racontent-ils leur vie ou la vie qu'ils veulent bien avoir ? Je vous avais déjà dit que sur les forums on trouvait surtout des victimes et des psychopathes : des proies et des prédateurs. La proie se victimise afin qu'on s'apitoye sur son sort et le prédateur se présente comme celui qui doit être admiré. 

Car le fait d'être mythomane "victime" ou "existentiel", comme d'être "victime" ou "prédateur" relève d'un choix inconscient où on retrouve une vérité sur ce qu'est la personnalité réelle du menteur. Chacun ses aspirations psychiques. 

Mais bien sur le mythomane n'existe que grâce aux autres. Si on ne le croyait pas ou surtout si on ne faisait pas semblant de le croire, il n'existerait pas. Or il faut bien avouer que parfois c'est marrant de faire semblant de croire mais parfois ces autres ont envie de croire. Ce qui donne raison au mythomane. Pourquoi ne pas mentir puisque ça me fait du bien et que ça fait plaisir aux autres ?


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Stats