mardi 16 avril 2013

Les enfants et l'argent

Argent Trop Cher by Téléphone on Grooveshark


Dans nos Sociétés de consommation où la crise bat son plein, difficile pour un enfant de ne pas entendre ses parents parler d'argent ou de ne pas être tenté d'en avoir beaucoup. Les modèles télévisuels d'argent facilement gagné en faisant tout et n'importe quoi ne profitent pas en tant que repères et laissent sous-entendre que l'argent est facile à gagner et que cela ne nécessite ni savoir, ni savoir être, si savoir faire.

Pourtant il est nécessaire d'aborder la question de l'argent avec les enfants. Ne serait-ce que parce que, c'est une réalité, dans la vie sans argent on ne fait pas grand chose et que tout le monde n'a pas la possibilité d'être  héritier d'une grande fortune (encore que ça ne fait pas des héritiers heureux). Les enfants se posent des questions et en posent à leurs parents. Les sorties scolaires peuvent donner lieu à des échanges d'argent et les classes "vertes" permettent souvent à l'enfant d'emporter ses premières pièces pour les échanger contre des souvenirs qu'il rapporte avec bonheur à ses parents. Puis vient l'âge de l'argent de poche et l'envie de s'acheter des choses pour soi sans que ni papa ni maman n'y voient à redire (pas trop non plus n'est-ce pas ?).

Mais difficile lorsqu'on est parents de ne pas être confrontés aux changements de valeurs véhiculés par les médias. L'argent est le centre de tout. De l'argent pour hyper consommé, de l'argent pour renflouer les dettes du pays... même les politiciens ne parlent plus que de ça, lorsqu'ils ne le planque pas en Suisse...  La publicité qui vise de plus en plus les adolescents et se "jeunifie" avec le temps, tente l'enfant dans son besoin d'argent pour satisfaire tout de suite maintenant l'envie d'acheter ce qu'on vient de lui montrer.

Il est important de comprendre que l'argent n'a pas toujours la forme de pièces ou de billets. L'argent est maligne, elle se cache sous la forme d'un t-shirt de grand marque, du "cartable" logoté ou du dernier mobile super tactile. Certains enfants se retrouvent avec des sommes énormes sur eux, parfois sans même le savoir, mais parfois en usant de ce qui devient leur image sociale, l'argent permettant d'être quelqu'un aux yeux des autres.

Souvent l'argent ne devient un problème chez l'enfant que s'il l'est chez les parents. C'est une réalité, bien des parents ont des difficultés à finir le mois et cela dès le 15 du mois... Ce n'est pas cela le problème (pour les parents si bien sur), mais c'est surtout que l'argent devient le centre des conversations et aussi souvent des disputes. Le manque d'argent fait souvent ressortir les facettes les plus obscures. Et 'enfant apprend que "argent" = angoisse, colère mais aussi vie et bien être. L'argent peut donc très vite devenir le thème central de la construction de l'enfant qui va se développer en se disant que lui ne manquera jamais d'argent et que toutes les manières d'en obtenir sont valables, le tout étant d'avoir du "cash".

D'autant que le jeune enfant ignore la frustration et ne la supporte pas. Ca s'apprend. Il faut apprendre à désirer, à espérer puis à consommer pour faire baisser la tension, qui parfois aura disparu l'objet tant désiré perdant de sa valeur après réflexion. Or l'enfant et le jeune adolescent sont centrés sur eux mêmes. Jamais ils ne se demandent comment leurs parents les font vivre. L'argent parait intarissable. "Ca ne coûte que 2 euros !", ben oui, mais lorsqu'ils ne sont pas sur le compte impossible de les sortir. L'apparition des DAB (distributeurs automatiques de billets) avaient en son temps fait croire aux enfants (et à certains adultes !) que la machine distribuait à tout va. Il est important que l'enfant prenne conscience qu'il existe une limite et que cette limite est concrète, c'est celle du montant gagné chaque mois à force de travail.

Car pour la majorité il faut travailler pour gagner de l'argent. C'est donnant donnant. Tu travailles, tu es payé ; tu veux être payé ? Tu dois travailler. Ainsi est faite la Loi. Mais cela ne veut pas dire que travailler ou gagner de l'argent doit être présenté comme une contrainte ou selon des aspects uniquement négatif. Après tout, aujourd'hui si les gens font des études c'est bien pour tenter d'accéder à un travail pour lequel ils auront plaisir à se lever le matin et si en plus ça rapporte, c'est cool...

L'argent ne doit pas être le centre de la vie. C'est vrai, l'argent ça aide pour avoir un toit, du chauffage, à manger, puis ensuite pour avoir des loisirs (et pas l'inverse). S'il existe un minimum nécessaire, le but de la vie n'est pas d'accumuler ou d'en avoir le plus possible ou plus que le voisin. La vie ne doit pas être centré sur le fait de gagner de l'argent. Il faut gagner de l'argent pour vivre, il ne faut pas vivre pour gagner de l'argent. Le but, même le travail, étant de s'enrichir psychiquement et relationnellement d'abord et cela permet aussi d'acquérir des savoirs-faire. 

Si vous avez les moyens, vous donnez certainement une certaine somme voire une somme certaine en argent de poche à vos enfants. Certes, le montant est question de moyens financiers, mais qu'apprennent-ils ? Que l'argent tombe du ciel, que cela ne nécessite aucun effort. Ils apprennent aussi que cela sert surtout à répondre à toutes les lubies immédiates et subites (et surtout marketing). Pas de vrai désir, juste une impulsion. Et un désintérêt pour l'objet acheté souvent aussi brutal que l'envie de le posséder. Tout cela pour faire des enfants ne supportant pas la frustration, colériques et tyranniques voire violents si un jour l'argent vient à manquer et qui croient que l'argent résoud tout. Il est possible de leur faire comprendre que l'argent n'est pas qu'une richesse personnelle, elle peut être partagée. 

Dans les familles où l'argent fait défaut, il est important de rappeler l'intérêt du désir (qui devient souvent moteur social) et de l'amour. Au contraire de ce que veulent bien nous asséner les médias, les enfants issus de familles ouvrières ne sont pas de enfants malheureux. Ce qui est important ce sont les relations, l'entraide, l'écoute, le temps donné,  l'amour encore. Bien sur la tentation est grande d'avoir comme l'autre, le modèle vu à la télé ou le copain qui lui a, ça ne pose vraiment problème que lorsque l'argent est situé au centre de la problématique familiale...

Mais ne rêvons pas, quelque soit la situation financière, la résistance à la frustration est un apprentissage difficile,  surtout lorsqu'on est à un âge où la patience n'existe pas vraiment.  Je l'ai déjà écrit, la tentation est partout : à la télé, dans les magazines, dans la rue... ne pas consommer est parfois un véritable acte de résistance qui ne peut se mettre en place et être assumé que si le jeune adulte aura compris que l'important c'est de réussir sa vie, bien plus que de réussir dans la vie. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Stats