vendredi 31 mai 2013

Etre "vierge" en 2013

Alors que je roulais tranquillement sur l'ex nationale 20, je me retrouvais arrêté à côté d'une voiture au volant de laquelle une gentille dame se curait le nez avec le doigt. Si profondément que je me demandais si elle n'allais pas réussir à y mettre le coude. Et tout cela avec autant d'énergie qu'une séance d'aérobic. Ensuite elle avalait goulûment ce qu'elle sortait de son nez. Je la laissait me doubler et me traînait pour ne -surtout- pas me retrouver à nouveau à côté d'elle. Il y a des visions horribles qui dépasse les pires scènes de l'exorcisme auxquelles je n'arriverais décidément pas à m'adapter...

Néanmoins, si je puis dire, cela m'amena à me poser la question de savoir si un telle pénétration si jouissive avait une connotation sexuelle. Depuis Freud vous le savez, je ne pense qu'au sexe et je n'ai de cesse de remettre la libido de chacun de mes patients en état d'hyper fonctionnement.

Mais il y a des limites. Lorsque mes jeunes patients entre 13 et 14 ans me parlent de sexe, ça ne me pose aucun problème. Ils sont même plutôt contents qu'enfin quelqu'un leur en parle comme à des "grands" et pas comme des bébés nés dans les choux ou les roses. Si la question n'est jamais vraiment posée, elle est là : comment perdre sa virginité. Les garçons ne se moquent-ils pas des puceaux qui les entourent (et qu'ils sont eux mêmes) ? Les filles sont plus sympas entre elles, mais savoir si on va enfin trouver la prise mâle qui viendra se ficher dans la prise femelle reste une source d'angoisse.

Aussi il faut bien se poser la question : aujourd'hui qu'est-ce qu'être "vierge" ?

Je ne remonterai pas au temps des dinosaures (où je rappelle à mes détracteurs que je n'étais pas encore née), ni même à l'Egypte antique (non je ne suis pas momifiée), mais rappelons nous que nous sommes une Société judéo-chrétienne depuis un certains nombres de siècles et que si le Concordat de 1905 a instauré la séparation des l'Etat et de l'Eglise, les préceptes religioso-sociaux n'ont pas vraiment évolué. Ainsi il était de bon temps de se présenter "vierge" à son mariage. Vierge, ne voulait pas dire qu'on était né en août ou début septembre (enfin pour certains si), mais bien qu'on s'était abstenu de toute relation sexuelle. Entendez par là de toute pénétration vaginale. Et n'entendez rien d'autre, car il n'était pas question d'envisager d'autres types de pénétration, même si je soupçonne fortement à la vision de quelques gravures moyenâgeuses que des pratiques que nous dirons déviantes avaient largement libre court à l'époque. Surtout comme moyen de contraception. 

Bref, si depuis plus de 2000 ans la notion d'enfantement sans pénétration reste le rêve de tout bon chrétien (l'immaculée conception étant un concept d'enfantement sans sexualité mais surtout sans plaisir, sensation impure, ce que nous retrouvons chez les calvinistes). Mais mes digressions religieuses ne vous apportent rien et à moi non plus d'ailleurs.

Car, l'évolution du code pénal est telle qu'il reconnait comme acte sexuel tout type de pénétration : sodomie (anale), fellation (buccale), doigté (digitale) et bien sur coït (vaginale) et j'en oublie sûrement.
Si l'on considère qu'être vierge c'est ne pas avoir eu de relations sexuelles, cela revient à dire qu'il n'y a jamais eu dans le parcours tous les types de pénétration ci-dessus. 
Or, la grande question est de savoir si on est vierge parce qu'on n'a pas été pénétrée ou qu'on n'a pas pénétré vaginalement ou parce qu'on n'a pas eu de relations sexuelles ?
On peut très bien imaginer une jeune femme qui aura eu de nombreux amants qui l'auront sodomiser, doigtée, cunnilinguée et qui aura pratiquée des fellations et qui arrivera vierge lors de son union "sacrée".
Ca marche aussi pour les hommes, je vous rassure. Bon pour le cunnilingus, c'est raté pour eux... 

Est-elle vierge ?
Oui sur le principe, car de pénétration vaginale jamais il n'y a eu. Elle pourra ensanglanter son drap et l'honneur du mari et de la famille sera sauf. C'est d'ailleurs une des raisons qui avait fait que dans les années 90 un renouveau de l'ère de la fellation avait fait son apparition chez les ados américains. Les jeunes hommes ayant quelques difficultés à rester frustrés, leur partenaire leur proposait des fellations "compensatoires" en échange d'une absence de relation sexuelle. Eux comme elles, pouvaient dire ainsi à leurs parents qu'ils étaient abstinents et porter l'anneau d'abstinence, dit aussi bague de virginité, pour promesse de virginité jusqu'au mariage. "Tu es la première chérie !". Question de conception (immaculée).

La notion de virginité reste donc une conception très religieuse liée au statut de la Vierge. L'absence de pénétration vaginale reste le critère qui définit la virginité. 

Mais quelle absence de pénétration vaginale ? Par un corps humain (sous-entendu vivant) ou par n'importe quoi ? Ainsi, pour une femme une pénétration par un godemichet qui détruira l'hymen fait-il perdre sa virginité ? Si oui, qu'est-ce qui fixe alors la notion de virginité, le fait d'avoir été pénétrée ou le fait que l'hymen soit rompu ? D'autant que l'hymen peut être rompu de bien des manière et sans même que cela soit lié à une activité sexuelle (encore que l'équitation fut longtemps interdite aux femmes car elle générait des sensations qui les faisait se pâmer. Vade retro satanas !).

Mais les pratiques qui permettent les relations sexuelles (au sens juridique du terme) sont pourtant légions et les adeptes de la virginité, en y adjoignant un sens de "pureté", n'hésitent pas à y avoir recours. 

Il s'agit donc de savoir aujourd'hui ce que recouvre encore réellement cette notion. Peut-on décemment dire qu'on est "vierge" lorsqu'on a multiplié les relations sexuelles sous prétexte qu'il n'y a pas d'effraction du vagin pour les femmes et d'insertion dans un vagin pour les hommes ? 

Et les gays et lesbiennes restent-ils vierges jusqu'à la fin de leur vie ?


Qu'en pensez-vous ?




mercredi 29 mai 2013

Un peu de pub pour.... Alfagram

C'aurait été super pour la fête des mères, mais bon c'est trop tard, mais pour la fête des pères vous pouvez encore vous rattraper. Comme cadeau, la cravate c'est fait, le portefeuille aussi, la ceinture c'était l'année dernière, un billet pour Marineland l'année d'avant,un week-end dans une yourte c'était pour son anniversaire... Alors vous ne savez pas quoi offrir cette année ? 

Alfagram c'est le tout nouveau site d'une amie à moi qui vous propose d'écrire le mot de votre choix -ou pourquoi pas un court message d'amour- avec des lettres "nature".

"Bonjour" en caractères Alfagram

Stéphanie, David et son équipe ont photographié autour du monde (aux Etats-Unis, en Italie, en France et bien d'autres pays) des bouts de paysages, des objets, des morceaux de monuments... qui de façon inattendue construisent des lettres. Ainsi le "E" peut être un alignement de balcons, un tag, des cordages ou une signalétique croisée au coin de  la rue. 

"Alors Stéphanie, dis moi, comment t'es venue cette idée ?"

"J'ai voulu décorer la chambre de ma fille avec son prénom. Et je n'ai rien trouvé qui corresponde à ma recherche. Je cherchais une création personnalisable et liée à la nature, mais pas illustrée par des dessins mais par des photographies. Ne trouvant rien, j'ai décidé de créer moi même ce que je voulais. Cela lui a beaucoup plu. Ainsi qu'à mes amis ! Ils m'ont alors demandé si je voulais bien en faire pour leurs enfants, pour offrir à leurs proches ou tout simplement pour personnaliser leur maison. Alors j'ai eu l'idée de créer ce site pour proposer mes créations. C'est un concept unique en France, nous sommes les seuls à proposer ces créations dans des cadres sur mesure."

"Quelque chose à ajouter ?"

"OUI ! Un cadeau pour les lecteurs de ton blog. S'ils commandent d'ici au 12 juin, je leur offre une réduction de 10 % sur leur commande. Il leur suffira de taper le code "Lancement" lors de leur règlement. C'est pour toi, chez toi et c'est nullepart ailleurs !".

Merci Steph'.


Alfagram, comment ça fonctionne ? Vous pouvez construire vos mots en décidant de laisser faire la "machine" de façon aléatoire ou vous pouvez choisir parmi tous les clichés celui qui vous convient le mieux pour représenter chaque lettre.

Pour la chambre de "Téo", pour 'papa' ou pour décrire votre état d'esprit, offrez à vos proches ou tout simplement à votre maison une jolie décoration de style vintage dans un cadre élégant. Et en plus les frais de livraison sont gratuits pour la France !



 
 
(Que mes lecteurs Américains et Canadiens se rassurent, il existera sous peu une version du site en anglais. Mais rien ne vous empêchent de contacter Stéphanie pour en savoir plus par email à info@alfagram.com).


En tout cas, la curiosité l'emporte de constater que les lettres nous entourent sans même que nous nous en rendions compte. Est-ce un hasard ou est-ce un code caché volontairement par certains architectes ? A moins que l'écriture fasse tellement partie de ce que nous sommes que l'être humain ne peut s'empêcher d'écrire le monde. Je vous laisse y réfléchir.

Si vous souhaitez commentez le site Alfagram -proposer des améliorations, donner vos suggestions, faire une critique constructive- n'hésitez pas à laisser vos arguments en commentaires, Stéphanie passera les lire et y répondre.


Quoi !? Après tout ça, vous n'êtes pas encore sur le site Alfagram ?


lundi 27 mai 2013

Ces parents pseudo affectifs

Continuons notre quête du Graal.

Il a été de bon ton pendant un certains -et cela en s'appuyant sur les dires de certains psys- que quitte à être peu présente il fallait que la présence parentale soit de bonne qualité. 

Certes, ça parait une évidence. Quant à faire, les 5 minutes passés avec les enfants doivent être vraiment passées avec eux par la présence mais aussi par la pensée. Car si le parent continue à penser à son travail pendant ces 5 minutes, c'est comme s'il n'était pas là. 

Comme vous dira tout psy, 

absent physiquement ou absent psychiquement, même combat.

Car certains parents sont très présents physiquement mais pas du tout psychiquement.

Deux exemples :

- Deux enfants frère et soeur qui présentent des troubles des comportements assez importants. Les enfants sont vus par le psy scolaire qui fait un joli signalement pour négligence. 
Arrive un psy (moi !) qui constate au premier abord que la mère est très dispo. Elle ne travaille pas et reste à la maison. Elle amène les enfants à l'école et va les rechercher tous les jours. Une fois les enfants rentrés que fait-elle ? Elle fait à manger (elle n'a pas eu le temps la journée) isolée dans sa cuisine. Une fois les cuissons lancées, elle vient au salon et prend son mobile à la main. Elle vit le mobile scotché à l'oreille. Si on en l'appelle pas, elle téléphone. Elle reçoit des tonnes de SMS, en envoie tout autant. Que font les gamins pendant ce temps là ? Ils tentent de faire leur devoir. "maman, je comprends pas". Elle hurle "tu vois bien que je suis au téléphone !". La plus petite arrive en demandant que ce qu'elle pourrait manger pour la goûter. la mère hurle "tu vois bien que je suis au téléphone, alors tu te débrouilles !". Et c'est comme ça tout le temps. Même lorsqu'on se mari rentre, elle reste avec son mobile greffé sur l'oreille. Elle parle à sa mère, à sa soeur, à ses copines, à un ami, à sa mère à nouveau, à sa belle mère, aux mères rencontrées à l'école, aux voisines... Ca ne s'arrête jamais. Même à table. En fait si. Quand les gamins vont au lit. 

La mère est donc présente physiquement, mais elle est inaccessible. Elle n'est pas présente non plus psychologiquement, elle est disponible pour les autres qui sont invisibles. Les enfants ont bien compris qu'ils gênent  qu'il ne faut pas la déranger. Faire comme si elle n'était pas là. D'ailleurs elle n'y est pas.

A l'extérieur c'est une mère dévouée, toujours présente pour ses enfants. 


- Un grand ado. Dépressif, terriblement attaché à sa mère. Il ne se trouve que des copines dominantes. Il n'existe pas dans ses relations. Il est persuadé qu'il n'est aimé de personne. Il n'est personne. Il se sent vide et courre après l'affection de sa mère. justement, sa mère ? Très présente dans son enfance et même encore aujourd'hui. Un mère surprotectrice, angoissée. Une mère qui le prend beaucoup dans ses bras et qui lui dit que quoi qu'il arrive dans la vie elle sera là pour l'aider à s'en sortir. Et puis psychothérapie de l'ado.

il dit que sa mère a toujours eu peur qu'il lui arrive quelque chose car elle n'aurait plus personne pour la soutenir. Elle devance toutes ses envies, d'ailleurs il n'a même pas le temps d'avoir des désirs, des besoins, tout est prévu, anticipé. Elle ne lui demande pas si ça lui plaît, si il aimerait que... non, c'est comme ça, c'est pour son bien. Des fois sa mère est triste, elle prend alors son fils dans ses bras et se console en le serrant contre elle. 

Elle est très présente, mais l'enfant n'existe pas. Il a une fonction : consoler sa mère. C'est un doudou. Mais il n'a pas le droit d'être, de penser, d'avoir des envies. Elle ne lui donne pas d'affection, elle attend que ce soit lui qui lui en donne. Elle prend mais ne donne pas.


Dans ces deux exemples, on voit bien que la présence voire l'hyperprésence ne sont pas synonymes d'affection ou de soins envers l'enfant. Un parent peut être là, occupant l'espace, mais sans rien donner, sans être disponible, sans penser à l'enfant et même en le rejetant tout en faisant semblant de s'en préoccuper. 

Mais l'enfant n'est jamais dupe. Le parent aura beau être présent, l'enfant sait qu'il ne l'est pas. D'ailleurs petits les enfants le disent "tu penses à autre chose" ou "tu fais autre chose en même temps".

Le parent est persuadé qu'il fait bien ou qu'il est là et que cela suffit.

Or c'est la perception que l'enfant en a qui est importante. C'est sur cette perception qu'il se construit solidement ou avec des vides à combler et des quêtes à mener. Trouver ce qui semble important pour l'enfant n'est pas facile, mais c'est en écoutant ce qu'il en dit qu'il faut réajuster.

Tous les mobiles et webcams du monde
ne compenseront jamais une présence physique et psychique réelle... 
même si ça aide bien.



mercredi 22 mai 2013

Ces adultes en mal d'affection

J'ai enfin fini de corriger mes copies... Tadaaaa me revoila !


Une de mes patientes me disait un jour "ce que j'attends de ma relation à un homme c'est d'abord qu'il me fasse un câlin".

Moouuiii... Euh c'est quoi faire un câlin ? C'était pour cette femme le simple fait d'être prise et serrée dans les bras. Ressentir la chaleur, la douceur, un soutien aussi.

Cette femme était séparée depuis quelques temps. Elle vivait seule avec ses enfants.
Elle avait grande envie de refaire se vie affective et cherchait un compagnon.
A chacune de ses rencontres avec la gente masculine, ça se passait bien tout au début. Ca discutait autour d'un café, puis d'un apéro. Puis venait le jour où on lui proposait d'aller au restaurant puis au théatre ou au cinéma.
Dans la pénombre elle se laissait aller et se blottissait dans les bras de son nouveau "compagnon".
Elle était bien là, cette étreinte à la fois douce et ferme convenait à son état d'esprit.
A la sortie monsieur raccompagnait madame à son domicile et là devant la porte, encore une fois, elle se blottissait et lui l'embrassait.
Aïe aïe, c'est là que ça clochait. Sous un prétexte bidon de fatigue, de boulot... elle rentrait rapidement chez elle et laissait monsieur sur le palier.
Elle ne voulait pas être embrassée. Elle voulait juste être dans ses bras.
Ce n'est pas qu'elle ne voulait pas de sexualité, mais pas si vite et surtout pas tout le temps.

Il semblait évident que sa relation aux autres, en tout cas aux hommes, étaient totalement immature.

Sa relation ne vous fait-elle pas penser à ce que font les adolescents ? Rappelez les jeux de regard dans le couloirs du lycée, les gloussement débiles à la dérobée, puis un jour un premier baiser suivant de longs moment passés dans les bras l'un de l'autre. Des heures parfois, juste là, ensemble, oubliant le temps, les difficultés, les parents, le monde. Juste être bien. 

Et sans vouloir être caricaturale, il faut bien avouer que c'est un truc de fille. Je me souviens de mes copines qui m'expliquaient combien elles appréciaient ce temps perdu dans la chaleur de l'autre. Une étreinte sans souci, sans sexualité envisagée, une espèce de fusion. Sur l'autre versant, les gars ne comprenaient pas bien pourquoi leur nana voulait tout le temps se blottir contre eux. Certes c'était sympa, mais un peu long et parfois lassant. Ce n'est pas qu'ils voulaient absolument "aller plus loin" mais bon rester pendant des heures à serrer l'autre, y a des limites.

Bien sur cela peut renvoyer vers le besoin d'affection parentale. Or, s'il est vrai que ces personnes ont été carencé affectivement dans leur enfance, elles ne cherchent pas les bras de leurs parents. Ma patiente par exemple, expliquait très bien qu'elle n'avait pas envie de se blottir dans les bras de sa mère (qui de toute façon n'étaient pas considéré comme donnant de l'affection) ni même dans les bras de son père (elles s'y serait sentie mal à l'aise car cela lui semblait infantile).

Normalement; si tout c'est à peu près bien passé, le jeune adulte n'a plus besoin de recherche d'affection parentale, cette affection, cet amour, il l'a intériorisé et il s'en sert pour se rassurer lui même, pour nourrir son estime de soi et être sûr de lui dans ses relations.

Ici rien de tout cela. Il s'agit bien de trouver ce qui n'a pas été reçu, mais si la recherche a bien été déplacée hors du cercle familial ce n'est pas parce que l'Oedipe est résolu mais c'est parce que l'affection ne peut être trouvée au sein de ce cercle. Il s'agit donc d'aller chercher un(e) partenaire qui va "faire office de". La sexualité est alors naturellement peu recherchée puisque ce partenaire vise à combler un manque affectif parental.

jeudi 16 mai 2013

Les violences faites aux personnes

J'avais rendez-vous il y a peu avec les représentants d'une association d'aide aux victimes. J'étais bien sur venue leur présenter l'action de mon association et les sensibiliser à une réalité sociale encore taboue. 

Au fur et à mesure cette présentation s'est transformée en discussion sur les constats que nous pouvions faire eux au sein de leur association, moi au cour de ma pratique.

Nous nous étonnions du peu de prise en compte des violences intra-familiales mais aussi institutionnelles qui ne sont pas considérées au travers de la prévention et donc pas prise en charge tant au niveau de l'écoute, que de l'accueil ou de la reconnaissance par le droit.

vendredi 10 mai 2013

Sexe et simulation

Foskifo quitte à reprendre l'écriture autant le faire en attirant le chaland... 

Je ne vais pas vous parler de simulation informatisée. Non. J'en connais, si si, qui ont tout de suite penser graphiques, animations, courbes.
Enfin si ils s'agit bien de courbes, mais pas des mêmes.
Encore que vous me direz que la simulation sexuelle informatisée c'est possible.
Bon je ne vais pas m'en sortir, terrain glissant.. si je puis dire !

Restons simples.
Je viens d'un pas noyé dans le café vous parler de ces personnes qui simulent pendant l'acte sexuel (et souvent surtout pendant l'orgasme).
(certains me dirons "c'est quoi l'orgasme ?" Je leur répondrai "change de partenaire !". Na)
Oh oh, je vois vous pensez tout de suite à ces femmes qui poussent des cris, ondulent du bassin à outrance et se cabrent de plaisir telles qu'on nous les vend dans les films.

lundi 6 mai 2013

J'aime mon GPS

Je fais partie de la génération qui a appris à lire une carte à l'école, qui devait apprendre par coeur la liste des départements et de leur chef-lieu et qui servait de co-pilote aux parents en lisant le plan lors des déplacements sur les nationales...

Alors le GPS...

Dès que je vais quelque part, on me dit "vous avez un GPS ?". "Non". "Ah ça va être compliqué alors !"
Ben comment on faisait avant ?
Je réponds "j'ai un plan vous savez".
Ca laisse sans voix mes interlocuteurs.
Des fois je me trompe, souvent non. En tout cas j'arrive toujours.
Au grand étonnement de ceux qui me reçoivent "Vous nous avez trouvé sans GPS ??!!".
J'ai un cerveau de monstre vous croyez ?

Néanmoins ne croyez pas que je ne sois fermée aux nouvelles technologies.
Mais ne croyez pas non plus pour autant que je me suis procurée un Tam-tam ou un Gamin... voire même que je me suis jetée sur la navigation embarquée !
Oh la, mais pas si vite !.

Mais mon joli mobile a une jolie fonction qui s'appelle "Maps".
C'est cool Maps. Ca vous présente des plans auxquels on peut supposer des vues satellites. Sans compter les "streetviews" qui font la joie des cambrioleurs...

Alors il m'arrive d'allumer le GPS de mon mobile.
Et d'ouvrir Maps dans la foulée.
Et puis il faut cliquer pour obtenir "ma position" (comme si je ne savais pas où j'étais).
Que j'obtiens... parfois.
"Votre position est temporairement indisponible"
ou "le réseau n'est pas accessible"
ou "veuillez connecter l'acquisition des données"...

Si je suis en wifi, il n'y a bien sûr pas de connexions wifi dans les rues... sauf par hasard devant un café, une école...
Si je suis en connection internet, la moitié du temps il n'y a pas de réseau en extérieur... Ca se coupe, ça se reconnecte, je n'ai qu'une connection montante ou qu'une connection descendante... Ho de la 3G !! Puis du "H" du "E", sans que je sache bien ce que cela veut dire... avec des "+" qui m'assurent certainement que ça va mieux.

Des fois j'ai un écran noir.
"Maps en chargement".
Ah bon ? Pourquoi ça s'affiche rapidement d'habitude ?
J'éteins mon mobile, je rallume.
"Maps en chargement".
Je me déconnecte, je me reconnecte.
"Maps en chargement".

Et lorsque j'ai -enfin- la connection, en général je suis arrivée là où je voulais aller grâce à mon plan.

Et puis le lendemain, mon mobile m'affiche une notification : "Maps à fini de télécharger sa mise à jour"...

Assez bizarrement c'est toujours lorsque j'ai besoin de mon GPS.
Pas vous ?





dimanche 5 mai 2013

Le jeu du dimanche - Dr Membrain

Ici il s'agit de déplacer des baballes pour les placer dans les emplacements prévus (là où c'est éclairé soit en rouge, soit en vert...)

Pour déplacer les balles, garder votre click gauche de souris appuyé et faites glisser... Ca se complique bien sur. Restez zen.





Placer les deux boules vertes là où s'est "éclairé" en vert...


Stats