samedi 22 juin 2013

Cahier de vacances psy 1 - Comment avouer à ma mère l'infidélité de mon père ?



Une jeune femme explique qu'elle sait que son père trompe sa mère. Elle l'a appris en lisant les messages sur le portable de son père. Elle se demande comment l'avouer à sa mère.


A vos commentaires développés et judicieux, vous avez jusqu'à mercredi 26 au soir.




Quelques pistes de réflexion :

Nous n'avons pas beaucoup d'éléments sur cette situation.
Vos réactions ont été très logiques : c'est en effet une histoire entre ses parents et elle n'a pas à s'en mêler.

De même sur le principe elle n'a pas à lire les messages de son pères.
On pourra se demander comment et pourquoi elle y a eu accès. Si elle utilise le portable de son père, son père a t il tout fait pour qu'elle trouve le message parce qu'il savait qu'elle fouillerait (et dans ce cas pourquoi fouille t elle l'intimité de son père ?). Ou si elle ne fouillait pas spécialement pourquoi son père la laisse t il utiliser son portable alors qu'il sait qu'on peut avoir accès aux messages avec sa maîtresse (et dans ce cas pourquoi met il ces messages en accès facile ?)...

On ne sait pas en fait si la mère n'est pas au courant. Cela se peut elle sait depuis longtemps et elle peut avoir fait le choix d'ignorer, ou de pleurer sur sa vie ou d'accepter pour mettre du piment dans leur couple. Et dans ce cas on pourra se demander si le père, en facilitant l'accès à ses messages, n'a pas tout simplement cherché à informé sa fille de cette situation parce qu'il ne sait pas comment faire autrement. Comptant sur sa curiosité et sur son caractère intrusif, il lui a expliqué qu'il avait quelqu'un d'autre dans sa vie.

Il est évident qu'il faut qu'elle ait une discussion avec son père. Non pas pour critiqué sa situation, mais pour comprendre pourquoi elle a pu avoir accès à cette relation. Car de toute façon, quelque soit la situation, cela ne la regarde pas. Que ce soit volontairement ou involontairement, une fille n'a pas à connaître l'intimité de son père. D'autant qu'ici, l'image du père et de l'homme en prend en sacré coup.

Maintenant, tout cela est superficiel et montre une situation plus complexe.
Elle le dit "elle doit avouer à sa mère".
Or ce n'est pas elle qui trompe cette mère.
On se demandera ce qu'a réellement à avouer cette jeune femme à sa mère.
Quelque chose en tout cas, qui tente de refaire surface à la lumière de sa découverte. Qui là, pourrait n'être qu'un alibi, pour aller parler à sa mère d'un autre sujet.

20 commentaires:

  1. mmmh j'aime bien les cahiers de vacances ! :-)

    Donc, je me lance :
    tout d'abord, il s'agit d'une jeune femme : complexe d'Electre non résolu - elle est dans le 2e temps de résolution, c'est-à-dire, devient rivale de sa mère pour récupérer son père. Donc, si elle désire en parler à sa mère, c'est pour provoquer une séparation = rivale en moins (sauf qu'il y aura encore l'amante à gicler).
    2- si ce problème persiste à son âge, c'est que les parents ne lui ont jamais expliqué les choses, ni à 5 ans, ni à 15 ans. Pourquoi pas aussi confusion dans les rôles, ce qui me fait penser à:
    3- de quel droit se permet-elle de fouiller dans le portable de son père ? (du coup) on dirait que le couple est composé du père et de la fille. (encore que, dans un couple équilibré, on laisse la liberté à l'autre et chacun son petit jardin secret)
    4- j'en déduis aussi que le père se complaît dans cette relation puisqu'il la laisse toucher à ses affaires personnelles.

    donc, j'en déduis qu'il faut expliquer à cette jeune femme que les enfants n'ont pas à savoir ce qui se passe dans la vie sexuelle de leurs parents (ou autres problèmes de couple) et encore moins de s'en mêler.
    Que son père n'est pas son prince charmant, que sa mère n'est pas sa rivale mais bien la femme de son père. De ce fait, elle n'a rien à dire à sa mère car ce n'est pas son problème, et enfin, qu'elle a une vie à vivre elle aussi en dehors du cocon familiale...

    ("le complexe d'Electre" ne m'est pas revenu tout seul... je me souvenais avoir lu l'existence de 2 types de complexe et notamment, que celui de la fille se réglait en 2 fois... si toutefois il s'agit bien de cela)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet, il y a des pères qui se complaisent dans ce rôle, et on pourrait ajouter la question ce que la fille devrait faire si son père lui avouait qu'il avait une maitresse.

      Supprimer
    2. qu'elle se bouche les oreilles ?! ;-)
      L'enfant ne doit pas être le confident de son/ses parent(s)... ce serait donc à elle dans ce cas de recadrer son père et de lui dire de se confesser auprès de quelqu'un d'autre... faut-il encore qu'elle comprenne que sa relation avec lui n'est pas normale... à mon sens...

      Supprimer
  2. Pfff, de quoi elle se mèle ? Sa mère a peut-ˆetre un amant, ça les arrange si ça se trouve. Les histoires de sexe ne regardent que les personnes concernées. On peut se demander pourquoi elle lit les messages de son père, c'est pas vraimet normal ça. Et puis pourquoi parler d'avouer ? Elle se sent coupable de quoi? c'est bizarre ça.

    RépondreSupprimer
  3. Déjà pourquoi a t-elle lu les messages de son père? Et pourquoi devrait-elle le dire a sa mère? C'est le problème de ses parents pas le sien.
    Sinon pour répondre à sa question, ce n'est pas à elle de le dire à sa mère, si quelqu'un doit éventuellement avouer c'est le père.

    RépondreSupprimer
  4. Non, surtout pas! c'est assez grave qu'elle soit tombée sur les messages, qu'elle n'avait pas à fouiller. Surtout qu'elle ne se mêle pas de cette histoire, Sa mère ne la remercierait pas si elle le lui disait.

    RépondreSupprimer
  5. Chouette, des devoirs ! C'est irresistible !

    "Elle l'a appris en lisant les messages sur le portable de son père"

    Elle n'a aucune raison de fouiller dans le portable de son père. C'est sa vie privée, ça ne la regarde pas. Ca me rappelle l'histoire de la jeune femme jalouse qui lisait les messages de sa copine. Là, c'est encore plus choquant parce qu'il s'agit d'une relation père enfant. Il y a une sorte de relation incestueuse, du moins dans l'esprit de la jeune femme, qui croit avoir le droit de pénétrer dans la vie privée de son père. Berk.

    "Elle se demande comment l'avouer à sa mère"

    Qu'elle se sente soulagée : elle n'a aucune obligation de l'avouer à sa mère ! Ca n'est pas son rôle ! Il n'y a rien à "avouer", ça n'est pas la jeune femme qui trompe son père, c'est sa mère ! Peut-être que la jeune femme fait une confusion entre elle et sa mère ? Pourtant elles sont deux personnes distinctes.
    Et puis, peut-être que la mère ne veut rien savoir. Peut-être que cette "trahison" n'est pas très significative pour le père, mais que cette révélation risquerait de compliquer les choses. Cette jeune femme prendrait le risque de briser le couple parentale en avouant quelque chose dont elle ne connait presque rien ? A-t-elle secrètement envie de garder papa pour elle toute seule ?

    "Une jeune femme explique qu'elle sait que son père trompe sa mère"

    Il y a comme un gros jugement moral. Pourtant, il y a plein de personne qui sont infidèles. Chacun vit sa relation amoureuse comme il l'entend non ? chacun à sa vision personnelle de la fidélité, chacun à ses principes et ses limites, sa tolérance. Cette jeune femme ne peut pas s'immiscer dans le fonctionnement amoureux de ses parents. Pour certains, "tromper" sera le fait d'embrasser quelqu'un d'autre. Pour d'autres, ça sera le fait d'embrasser en ayant une attirance forte pour la personne, ou de l'amour. Est-ce que coucher sans aimer c'est tromper ? Est-ce qu'aimer sans coucher c'est tromper ? Tout le monde à son avis sur la question. Bref, cette jeune femme croit savoir que son père trompe sa mère (alors qu'elle n'a probablement rien vu, seulement LU des messages, que peut-elle réellement en conclure ?) et ça la démange de tout dire à sa mère ? Qu'elle s'occupe de sa vie amoureuse à elle, ca sera déjà un bon début.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. d'accord avec toi sur une relation incestueuse, l'inceste n'étant pas que physique. Étonnamment, j'ai écrit "qu'il la laisse toucher ses affaires personnelles" (lesquelles mis à part le portable ^^) , et ce que tu as écrit : " pénétrer dans la vie privée de son père", c'est assez sexuel tout ça !! La fille impose, le père dispose... brrrr berk aussi

      Supprimer
  6. suite aux éléments que tu as ajoutés :
    je dirais qu'il y a bien (eu) une relation incestueuse entre la fille et le père.
    Si, justement, dans la perception de la fille, elle a trompé sa mère (ou trahi) en ayant eu une relation avec son père. D'où pourquoi elle se sent obligée de lui en parler (pour en être excusée?). La découverte des messages devient une bonne excuse pour amorcer le sujet : "Maman, papa te trompe.... et ce n'est pas la première fois..."
    Si le père salit lui-même son image d'homme et de père, c'est qu'il a des choses à se reprocher : prise de conscience, honte, moment de culpabilité, secret de l'inceste trop lourd à porter ? donc l'accès aux messages est une amorce à la révélation. Par contre, il compte sur sa fille pour le faire car il en est incapable lui-même...

    RépondreSupprimer
  7. Je ne dirai rien parce que je n'en sais rien. Il peu y avoir inceste fantasmé qui aura le même impact qu'un inceste réel...

    RépondreSupprimer
  8. "Il est évident qu'il faut qu'elle ait une discussion avec son père. Non pas pour critiqué sa situation, mais pour comprendre pourquoi elle a pu avoir accès à cette relation. Car de toute façon, quelque soit la situation, cela ne la regarde pas. Que ce soit volontairement ou involontairement, une fille n'a pas à connaître l'intimité de son père."

    Je reste un peu perplexe...

    Une discussion avec le père, mais pas avec la mère?

    En fait, une telle discussion mettrait la fille complètement à la merci du père, qui se complaît peut-être dans son rôle d'adultère, qui lui ferait peut-être encore davantage de confidences dont elle ne veut justement pas, surtout pas derrière le dos de sa mère. Et, pour ceux qui ont évoqué un côté incestueux, c'est justement ce genre de discussion qu'il faudrait éviter, à mon avis...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fille serait "à la merci" du père ? D'où vient cette idée ?
      Ensuite elle n'a pas à parler à sa mère car si sa mère n'est pas au courant, elle n'a pas à l'informer.
      Si le père se complait dans son rôle d'adultère, c'est avec sa maîtresse. Et on peut légitimement se poser la question de savoir si ce n'est pas la fille qui rêve d'adultère avec le père (et qui du coup ne supporte pas la maîtresse et tente de punir le père en voulant informer la mère). La discussion avec le père, si la situation est "saine, devrait permettre au père de repousser la fille en lui précisant -ce qu'elle n'a de toute évidence pas intégrée- qu'elle n'est ni la compagne, ni la maîtresse et qu'il n'y aucun espoir à avoir.
      Et qui sait si le père n'a pas laissé trainé ses emails justement pour repousser sa fille un peu "collante" ?

      Supprimer
    2. A mon avis, la fille a deux solutions:

      1) laisser traîner le téléphone du père de façon à ce que sa mère fasse la même découverte qu'elle-même

      2) ne rien faire du tout.

      L'idée d'aller en parler à son père est très mauvaise.

      Soit il nie tout, donc la rassure par un mensonge. Il perdra toute crédibilité à ses yeux.

      Soit il avoue et lui fait des confidences qu'il ne fait pas à sa femme. Situation à éviter, car elle n'aura rien gagné: son dilemme se posera encore davantage: En parler à sa mère et trahir son père ou trahir la mère en gardant le secret du père.

      Supprimer
    3. Laisser traîner le portable est une idée.
      Ne rien dire est une catastrophe, car cela veut dire qu'elle reste avec ce qu'elle considère comme un poids... Elle doit s'en débarrasser en passant la patate chaude. Soit elle va voir un psy soit elle redonne la patate à son père. Qu'il se la garder c'est la sienne.
      Trahir veut dire qu'on a une responsabilité envers l'autre. Elle n'a aucune responsabilité ni envers son père ni envers sa mère. N'inversez pas les rôles.

      Supprimer
  9. même anonyme qu'avant24 juillet 2013 à 09:17

    Tout compte fait, si la fille veut dénoncer son père à sa mère, elle n'a qu'à le faire. Je ne trouve pas qu'il y ait du mérite à ne pas le faire.

    Elle est tombée sur une information dont elle ne peut plus se défaire. Si c'était sa meilleure copine qui se faisait tromper, tout le monde trouverait naturel qu'elle l'en informe, alors pourquoi pas la mère?

    Postuler d'emblée qu'elle "n'a pas à le dire à sa mère" la met dans une situation malsaine, qui ne peut devenir que plus malsaine en soulevant le sujet face à son père.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "tout le monde trouverait naturel qu'elle l'en informe". Tout le monde c'est vous, surtout pas moi. Je ne trouve pas normal qu'une personne aille en informer une autre sur l'infidélité de son partenaire (ou sur d'autres choses d'ailleurs). De quoi elle se mêle ?

      Il ne s'agit pas de soulever le sujet, car en fait il n'y a pas de sujet. Le sujet réel c'est "je sais quelque chose qui ne me plaît pas". A aucun moment cette jeune femme ne se demande si en fait sa mère ne sait pas déjà. Elle part du principe qu'il y a un secret. Or c'est SA vision. Du coup elle se met en situation de croire qu'il y a un cadavre dans le placard sans même savoir ce qu'il en est réellement. Il ne s'agit pas de discuter mais bien de dire "je sais". Et ensuite passer à autre chose. Mais elle pense avoir du pouvoir sur le père désormais et sur sa mère aussi. "je peux détruire l"un et l'autre quand je veux". Sous entendant qu'elle pourra les garder juste pour elle. C'est très immature comme fonctionnement.

      Supprimer
    2. même anonyme qu'avant24 juillet 2013 à 13:09

      Je ne trouve pas son fonctionnement immature, je trouve sa situation très difficile. C'est en principe une situation perdant-perdant.

      On peut la rassurer en lui disant qu'elle n'a nulle obligation d'informer sa mère. Par contre, le lui interdire me semble mal à propos.

      Quant au père, d'après mon expérience, il ne demande pas mieux que de tout lui raconter, lui présenter sa nouvelle copine, pourvu qu'elle garde le secret. Car il veut que les proches qu'il aime partagent son bonheur. c'est déjà assez malheureux qu'il ne puisse pas en parler à sa femme, au moins, il peut se confier à sa fille.

      Si la fille l'interroge à ce sujet, elle lui ouvre cette porte-là, et elle pourrait le regretter un jour, par exemple le jour où sa mère s'en rend compte et apprend aussi qu'elle le savait.

      C'est assez fréquent que des adultères présentent leur nouvel amour à tout le monde sauf au conjoint trompé.

      Si la fille a déjà un conflit de loyauté avec ce qu'elle a appris par hasard, il ne faut pas la mettre dans une telle situation.

      Supprimer
    3. 1. l'anonyme tu prends un pseudo sinon tes coms ne seront plus publiés
      2. tu réinterprêtes avec beaucoup de jugements personnels et de valeurs politiquement correct, ce qui est loin d'une neutralité... heureusement que ce n'est pas comme ça en thérapie.

      Sa situation n'est pas difficile. Elle l'est parce qu'elle l'a rend difficile. Parce que ce qu'elle exprime n'est pas ce qu'elle ressent.

      Ton expérience n'est pas leur vécu. Personne ne lui demande de garder un secret, qui n'en n'est pas un en fait puisqu'il l'informe (volontairement ou non).

      Pourquoi regretterait elle que sa mère découvre qu'elle savait ? Elle n'a pas à faire preuve de loyauté ni de protection à l'égard de sa mère. Encore une fois c'est une inversion des rôles. Elle sait, elle fait avec. Ce qu'en pensera sa mère ne la regarde pas. Et si sa mère est assez "bête" pour lui en vouloir alors cela prouvera qu'elle a des attentes à l'égard de sa fille.

      La fille n'a aucun conflit de loyauté ici. Vu de l'extérieur, elle cherche à protéger sa mère, mais en fait elle n'a qu'une envie c'est lui mettre sous le nez pour lui faire mal. Et c'est bien pour ça qu'elle veut lui parler à elle. Aucune bonne intention dans tout ça, juste envie d'éjecter la mère de la relation fille/père tout en sachant qu'en fait elle ne devrait pas, d'où le conflit.

      Elle n'a pas à être rassurée, ce n'est pas le rôle du psy (et encore moins de lui interdire quoi que ce soit). Le psy n'est pas un gourou....

      Le père, devant ses questions, devrait être capable de lui dire de s'occuper de ses oignions et que plutôt de s'occuper du couple parental de s'occuper de sa vie à elle. Là il fera son rôle de père et elle reprendra sa place.

      Supprimer
    4. Je réagis tardivement mais cette histoire fait écho à une situation dans laquelle je me suis trouvée alors que j'étais adolescente:
      La compagne de mon père (ma belle mère donc) m'avait expliqué que lors de ses séances chez son psy, celui ci prenait le rôle dont elle avait besoin (est ce le fameux transfert?) et donc, que si elle voulait engueuler mon père à travers lui elle le faisait, pareillement si elle avait envie de son affection ou d'un rapport sexuel... J'en avais déduis alors qu'elle couchait avec son psy, et que me le disant, elle cherchait à m'instrumentaliser (soit je prenais son parti et me taisait, ce qui me rendait complice, soit je le disais à mon père et il aurait souffert et j'aurai été celle qui jetait de l'huile sur le feu puisque ça chauffait déja pas mal).
      Bref, dans le doute, et dans la méfiance vis à vis de ses intentions, je me suis tut
      Je l'ai dis à mon père alors que la relation était terminée depuis 2 ans et je pensais que ça n'aurait plus (moins) d'importance. Sa rage fut éloquente, d'une part d'avoir été "trompé" par cette femme, et d'autre part, parce qu'elle m'avait manipulée.
      Finalement, aujourd'hui, je ne sais pas ce qu'elle avait vraiment voulu me dire, ou me faire dire, sous couvert de "confidences entre femmes" ( tu parles!) Mais je me suis longtemps méfiée des psy après cette histoire!

      Millerole

      Supprimer
    5. Elle est bonne celle-là ! lol C'est le pov' psy qui prend alors que c'est elle qui a manipulé tout le monde. On pourra se demander pourquoi ta mère t'avais fait cette confidence. De "femme à femme", non tu n'étais pas une femme mais une ado et qui plus est sa fille, pas une amie. Fallait il que tu parles à sa place ? Nous ne le saurons pas.

      Mais plus sérieusement, la difficulté est bien celle qu'a identifié ton père, c'est que pendant des mois tu es restée avec cette idée en "tâche de fond" de te demander si tu devais ou ne devais pas dire, tout en envisageant des conséquences qui ne relevait pas de ta place. Perso, lorsque je rencontre des situations plus ou moins semblables avec des enfants, je leur dis de se débarrasser du "secret", ce n'est pas eux de le porter. Certes ils transmettent, ils ont été instrumentalisés mais au moins ils s'en débarrassent sans culpabiliser des conséquences. Qu'ils laissent les adultes gérer leurs questions adultes, même si cela doit mener à une crise voire une séparation.

      Supprimer

Stats