lundi 23 septembre 2013

La trahison

A part dans les romans, les films ou les séries, où il y a toujours quelqu'un pour trahir le gentil de l'histoire, la trahison reste une notion complexe.

Bien sûr il existe une définition officielle du terme "trahison", mais comme toujours chacun met un peu ce qu'il veut derrière chaque mot  (ce qui fait qu'en utilisant les mêmes mots on ne parle pas toujours de la même chose).

En écoutant mes patients, je dois avouer que parfois ce qu'il nommait "trahison" ne m'en semblait pas. J'aurai pu mettre un autre mot. "Abandon", "manipulation".... mais la notion de trahison n'est pas celle qui me venait à l'esprit.

Sans doute y a t il aussi de l'abandon et de la manipulation dans la trahison...

D'après ce que j'en comprends, pour les patients "être trahi" c'est n'avoir pas trouver chez l'Autre les réponses nécessaires et attendues.

J'écris bien "réponses", car c'est dans la demande qu'on reconnaît ses proches, ses amis, les gens sur lesquels on pense pouvoir compter.

Car nous sommes sans cesse en demande pour nous même. Demande affective, demande de lien, demande d'attention, demande des respect....

Et c'est là que la trahison peut prendre place. Face à ces demandes, la réponse n'est pas toujours celle attendue. Car ne nous leurrons pas nous attendons un certain type de réponse et surtout celle qui va dans le sens de notre attente. 

Le fait que la réponse ne réponde pas à notre demande, nous place en situation d'atteinte à notre égocentrisme. De façon destructrice parfois. Prenons les situations d'abus sur enfant, l'enfant est en demande d'affection, il reçoit de la sexualité. Son Soi est atteint, le psychisme est nié, chosifiée, plus ou moins détruit parfois. Il faudra attendre la compréhension de ce qu'est la trahison (et avec elle la naissance du trauma) pour que l'incompréhension, la colère, la victimisation, l'effondrement se mettent en place. Dans une situation d'emprise, on peut penser que la demande affective est comblée puis vient la prise de conscience que c'est cet Autre qui comble son propre vide affectif au détriment de notre Soi. On peut aussi dire quelque chose et se trouver face à une personne qui ne vous croit pas.

La trahison, c'est le négatif de la confiance.
Car si on se permet d'être en demande, c'est parce qu'on pense que l'autre va pouvoir / savoir y répondre. Or il n'en fait rien. Alors qu'on sait qu'il peut ou sait.

Mais des fois on se trompe.
En effet, la tendance est de croire que nos proches, nos amis, les personnes avec lesquelles ont s'entend bien sont capables de répondre à nos demandes. Ils vont écouter, entendre, dire les mots, agir... Il n'en n'est rien. Certains n'en sont pas capables. D'autres ne savent pas quoi dire, quoi faire. D'autres s'en foutent royalement.
Aux proches surtout nous faisons confiance. On pense trouver un appui, un socle, une sécurité. La réalité au détours d'une situation particulière, nous montre qu'il n'en n'est rien. En tout cas dans cette situation. 

Car parfois nous nous leurrons.
Nous voulons croire que parce que certains ont été capables dans certaines situations, qu'ils ont déjà été présents, qu'ils ont su quoi faire, qu'ils seront comme cela à chaque fois. Il n'en n'est rien. Nous n'en savons rien. 

Les autres ne savent pas tout. Ils ne sont pas si solides que ça. 
Mais ça on le comprend lorsqu'on est grand.
Lorsqu'on est enfant, on pense que les "grands" savent tout, qu'ils vont comprendre, qu'ils agiront, diront ce qui doit être dit, qu'ils sauront répondre à nos demandes.
Les enfants font une confiance aveugle en certains adultes. 
Il leur faudra grandir pour comprendre que la réponse n'était pas appropriée. 
Et si on ne peut pas faire confiance à ces adultes là, a qui peut on faire confiance ?

Mais cela veut il dire qu'on ne peut faire confiance à personne ?
Non bien sur.
Nous faisons confiance. Et nous avons raison.
Mais il nous faut accepter l'idée que l'autre ne peut pas toujours satisfaire à nos demandes. 
Et en ne répondant pas correctement ou ne répondant pas du tout, il ne le fait pas toujours pour détruire, il le fait parce qu'il pense lui que c'est bien (ou en tout cas que ce n'est pas mal), il ne sait pas faire autrement (il n'a pas appris, il n'a pas eu de modèle ou au contraire c'est le seul modèle qu'il a connu), il ne peut pas faire autrement (c'est trop lourd à porter, ça vient se rajouter à ses propres problématiques).

Lorsqu'un patient dit qu'il se sent trahi c'est que c'est sa confiance qui a été trahie.

Il faudra bien sûr apprendre à surtout se faire confiance à soi.
Donc avoir confiance en soi.

Mais peut on toujours se faire confiance ?




1 commentaire:

  1. Bonjour,
    je comprend bien la notion de confiance en soi ou non, cependant, dans l'esprit de l'article, si on n'a pas confiance en soi, cela veut-il dire qu'il est possible de se trahir soi meme?

    RépondreSupprimer

Stats