mercredi 23 octobre 2013

Les enfants zappeurs

zappeurs-pompiers ?
Ok je sors

Les enfants zappeurs sont des enfants à problématique comportementale que l'on voit apparaître en nombre depuis peu. 

Souvent pris pour des enfants hyper actifs par les parents et même par certains professionnels de santé, il s'avère que le "traitement" n'est pas le même.

Les enfants zappeurs sont des enfants qui ont eu pour nounou la télé ou un écran. 
j'en connais qui y sont laissés dès le réveil jusqu'à leur couché.
La crise aidant de plus en plus de parents n'ont plus recours à une vraie assistante maternelle, cela a un coût de presque l'équivalent d'un salaire chaque mois.
Ensuite, sans moralisation aucune, on constate une évolution parentale vers deux extrêmes : soit des parents hyper impliqués dans leur rôle, soit des parents totalement non impliqués. Question de vécu personnel, de choix de travail, des raisons qui ont poussé à avoir un enfant, du rôle attribué à l'enfant et du temps qu'on a envie de consacrer au rôle parental.

Il faut bien avouer qu'un enfant de moins de 5 ans par nature assez agité, curieux et sans savoir sur les dangers du monde, devient hyper calme devant un écran. Hyperstimulé par les 24 images par seconde, il peut rester focalisé des heures devant un écran sans aucune capacité d'ailleurs à s'en écarter même si ce qu'il visualise le dérange ou lui fait peur. Bref, un tel enfant ne bouge plus, reste calme. Pratique non ?

Mais une fois sortis de ce monde virtuel, une fois dans la réalité, ces enfants s'avèrent inadaptés. Ils sont agités, incapables d'attention, en demande constante de stimulation, difficile à canaliser, autoritaires et capricieux. Les parents règlent le problème en les remettant devant... un écran !

En fait ces enfants ne sont pas hyper actifs, ni même agités, ils n'ont tout simplement pas de repères. Ils ne connaissent pas les règles familiales ou sociétales. Ils ne sont pas adaptés a monde. Ils souffrent d'un déficit parental.

Pour aider ces enfants à s'adapter au monde et à grandir, il va falloir passer par une remise en question complète du système éducatif qui leur est proposé.  Ce qui veut dire que la procédure thérapeutique va surtout concerner les parents auxquels il va falloir proposer ce que j'appelle une "éducation parentale" qui vont leur permettre d'offrir à l'enfant un cadre structurant. L'enfant lui va devoir apprendre le mode d'emploi du monde. 

Ne croyez pas que ce mode "éducatif" soit si nouveau non, mais juste que de nos jours il y a croissance exponentielle. J'ai eu une patiente de 25 ans qui avait été éduquée comme cela. Dotée d'un QI que j'évaluais "à l'oeil" autour de 80, elle disait elle même qu'elle ne savait pas comment se comporter avec les gens. Il a fallut mettre en place des séances au cours desquelles elle apprenait à gérer les relations aux autres dans des situations banales (boulanger, rue...). Même si elle a fait de gros progrès au niveau social elle est restée "au bord" et une prise en charge plus globale et lourde à été nécessaire. D'autant qu'ayant eu un enfant, elle reproduisait le même système "éducatif" avec lui... c'était très pratique disait-elle face à un enfant jugé comme gonflant.

Pour conclure, justement ne concluez pas un peu vite que tout enfant agité est un hyperactif. Aujourd'hui on sait que ce terme utilisé un peu trop facilement peut recouvrir des situations psychologiques très éloignées de l'hyperactivité vraie. Le système de fonctionnement familial, les rôles parentaux doivent aussi être évalués afin de comprendre pourquoi l'enfant semble présenter tant de déficits.





5 commentaires:

  1. J'aime bien cet article !!
    Je trouve étonnant et très intéressant que le monde réel dispense moins d'épanouissement qu'une représentation stylisée et dramatisée de ce monde. Hitchcock disait "le drame, c'est la réalité moins les temps morts" ; on pourrait donc penser que l'enfant a plus à apprendre d'un "condensé" de ce monde réel, le contenu audiovisuel constituant en quelques sortes une essence de ses grandes lignes physiques et symboliques. Je sais pas si c'est très clair.

    RépondreSupprimer
  2. En fait l éthologie animale nous a appris les techniques d apprentissage des mammifères. Ainsi nous savons que nous apprenons mieux en faisant nous même qu en regardant l autre faire devant nous. Et de même nous apprenons mieux en regardant l autre faire devant nous en vrai qu en le regardant faire qqchose via un écran. Du coup ces enfants voient les autres enfants et les adultes faire mais cela ne leur apprend rien.

    RépondreSupprimer
  3. Est-ce que le fait qu'on ait beaucoup regardé la télé dans l'enfance fait qu'on dessine mal à l'âge adulte aussi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n ai pas de réponse simple à cette question. En effet savoir dessiner demande des bases et beaucoup de pratiques. On peut très bien dessiner en regardant la télé et même s inspirer de ce qu on regarde. Donc sur ce principe là non si l enfant n a pas été passif devant l écran ça freine les apprentissages mais ça ne les empèche pas. Maintenant si l enfany est passif devant une stimulation, pendant qu il regarde et bien il ne fait pas autre chose ! Et là aucun apprentissage ne se met en place. D où des retards voire des lacunes en écriture, dessin et créativité !

      Supprimer
  4. D'accord. On m'a beaucoup laissé devant la télé quand j'étais enfant, et aujourd'hui j'ai une écriture de cochon, je dessine mal et je manque de créativité.

    Encore un article qui m'apprend des choses :))
    L'image est géniale.

    RépondreSupprimer

Stats